Théâtre La Boite à Jouer

THEATRE GESTUEL – Groupe FLE – Lundi 7 mars 2016

Maman Chaperon Durée : 40 mnchaperon rouge 61629590525114_1087651018771893161_n

Riche en images grâce au jeu corporel et au décor révélant pliages et pop-up au fil du récit, la pièce est portée par une comédienne qui traduit tout ce qu’elle dit à l’aide de ses mains et par le musicien qui l’accompagne.

Le scénario s’inspire des multiples versions du conte du Petit Chaperon Rouge, comme de celui que chacun porte en lui. La maman travaille (beaucoup), la petite fille grandit (vite) et la grand-mère (espagnole) est pleine de vie… Pourquoi ne pas traverser la forêt ? Comment ne pas se faire manger ? Quels conseils donner et recevoir ? La version théâtrale des 13 Lunes s’amuse à actualiser les liens entre ces trois générations de femmes et réactive avec malice les conseils avisés de la tradition orale au Chaperon qui saura se sauver.

La compagnie a choisi cette histoire des plus familières. Comptant avec cette connaissance, cette mémoire collective, elle cherche à explorer ces temps forts de la vie qui dépassent lels frontières entre les langages, les différences qui ne nous distinguent qu’en surface : le danger d’une rencontre et le plaisir de la liberté. La transmission, l’amour, la prégnance des mères, mais aussi la nécessité d’une attention collective au devenir des plus jeunes est l’autre versant de cette histoire qui, une fois encore, prend de nouveaux chemins pour nous faire grandir ensemble.

Interprètes : Irene Dafonte, comédienne, Marc Closier ou Lili Gautier, musiciens. Écriture : Geneviève Rando. Mise en scène : Nathalie Marcoux. Scénographie : Emmanuelle Sage-Lenoir. Composition musicale : Marc Closier.

« Pourquoi ne pas le raconter encore une fois ? Mais tout le monde la connaît cette histoire. Oui c’est vrai, mais ce qui compte, c’est qu’elle continue à voyager d’un enfant à l’autre, d’une forêt à un village, d’une grand-mère à ses petits-enfants et des loups aux bûcherons. Juste pour le plaisir d’avoir peur et d’aller se promener dans nos forêts secrètes. Demain, ou plus tard, vous aussi vous écrirez probablement votre Petit Chaperon Rouge. » (Geneviève Rando.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *